Somnambules éveillés et funambules imaginaires

Bonjour,

Un petit groupe très motivé m’a proposé d’organiser une marche nocturne le vendredi 23 novembre 2018. J’ai accepté. J’y avais déjà pensé de vous inviter à traverser la nuit dans une ambiance plus automnale voir hivernale, mais il fallait que cette petite graine de saine folie soit arrosée pour que l’idée jaillisse dans la réalité. Merci aux pouces verts !

 

 

La randonnée aura lieu autour de Romainmôtier, et nous marcherons environ 7-8 heures. La fatigue étant un des éléments clés de cette expérience et la technique pour dépasser la fatigue son corollaire, un entraînement préalable n’est pas requis.

Concernant le froid, habillez-vous très chaudement (équipement hivernal, gants, bonnet et écharpe…) et ne vous souciez plus du froid. Nous serons toute la nuit en mouvement. Les rares haltes pour le ravitaillement ne nous refroidiront pas le sang !

Départ ce vendredi 23 novembre à 23h00 et retour samedi matin, le 24 novembre, vers 8h30 (après le petit-déjeuner). Le prix est de 60.- fr. Co-voiturage possible de Lausanne (ou autre selon les participant.e.s). Plus d’info sur les marches nocturnes à cette page.

Je vous laisse avec une petite méditation qui pourrait vous être utile en cas de situation à tension ou à haute tension !

Prenons la métaphore de la corde tendue pour représenter un état de tension intérieure dû à une situation conflictuelle dans laquelle vous vous trouvez ou que vous devez affronter ces prochains temps.

Imaginez que l’état de tension se manifeste à l’intérieur de votre corps comme une corde qui se tend à fur et à mesure que la tension monte. Une corde tendue et sur laquelle on tire encore est une corde qui peut se rompre, ce qui équivaut à perdre le contrôle sur soi (ce qu’on appelle « péter un câble » 😉

Quand vous sentez la tension monter, visualisez la corde se tendre jusqu’à devenir raide.
Ensuite, au lieu de succomber à la situation et laisser la corde se rompre, imaginez vous-même debout sur la corde raide, tel un funambule.
Par un souffle conscient sentez l’équilibre qui vous permet de rester sur la corde et ne pas tomber.
Vous pouvez par la suite rester en parfait équilibre sur la corde, mais aussi évoluer sur la corde et voir où vous arrivez et quel état cela réveille en vous. Vous pouvez aussi danser sur la corde, laissez votre créativité vous inspirer.

Ne cherchez pas forcément un résultat immédiat à une situation précise, plutôt entraînez-vous avec cette méditation et vous verrez que avec le temps l’image de vous-même en équilibre sur la corde symbolisera la maîtrise sur vos états intérieurs et vos actions/réactions.

Et si un jour la corde se rompt, cela fait partie du jeu, c’est tout à fait normal. Aussi, pour vous préparer à cette éventualité, vous pouvez déjà imaginer, lors de votre méditation sur la corde, que celle-ci se rompe et regardez qu’est-ce qui se passe en vous, en laissant libre cours aux sensations, aux émotions et aux images qui en découlent.

Tout ce que vous libérez à l’intérieur de vous et en conscience, ne peut que vous enrichir de connaissance de vous-même.

Et encore, une simple variante pour vous préparer à un événement anxiogène (p.ex. une marche nocturne en hiver 😉 :

L’événement anxiogène est représenté par un noeud au ventre.
Imaginez de défaire ce noeud avec vos mains intérieures.
Tendez la corde sans noeuds et imaginez de vous dresser sur la corde, en parfait équilibre.
Respirez et remplissez-vous de cet image de vous-même en équilibre sur une corde tendue à l’intérieur de votre corps.
Souvenez-vous de cette image dans d’autres moments avant l’événement anxiogène et bien sûr, aussi durant l’événement, pourvu que cela soit possible.

Alors, êtes-vous des somnambules éveillés ou des funambules imaginaires ? Ou les deux ?

N’oubliez pas de faire circuler si ça vous met en équilibre.

Au plaisir de vos retours, de vous savoir lecteurs jusqu’au bout et de votre présence !